En coulis, en sauce épicée ou sucrée-salée, fraîche en salade accompagnée de basilic et de vinaigre balsamique, quelle que soit la manière de la préparer, la tomate est la favorite des Français.
Au XIIe siècle, ce sont les Incas du Pérou qui sont les premiers à la cultiver.
Au XVe siècle, elle est découverte par les conquistadors espagnols et arrive dans les assiettes à Séville.

Longtemps considérée comme toxique, elle commence à être utilisée en cuisine dans les années 1800. Ce légume-fruit est l’un des aliments les plus consommés au monde. Dix mille variétés sont à ce jour recensées. Les Français en mangent plus de vingt kilos par an et par personne.
Tomates grappes, cocktails, cerises, cœur de bœuf ou de pigeon : elle est la favorite du Gaulois.

Au-delà de son goût acidulé qui rappelle l’herbe fraîchement coupée, pourquoi est-elle si appréciée ?
Se cache-t-il derrière la fermeté de sa chair une panoplie de propriétés oubliées ?

 

QUELLES SONT LES VERTUS DE LA TOMATE ?

Elle aurait des vertus protectrices contre le cancer de la prostate.

Une étude de chercheurs de Boston montre en 1995 que les hommes consommateurs de tomates ont un risque de cancer de la prostate réduit de 20 à 35%.

Le nutriment actif présent dans la tomate et qui produit des effets protecteurs est le lycopène. Il s’agit d’un pigment, celui-ci donne à notre légume-fruit favori sa profonde couleur rouge.

Dans la grande famille des pigments, le lycopène fait partie des caroténoïdes, au même titre que le bêta-carotène de la carotte et que la lutéine du jaune d’œuf.

Il s’agit d’un antioxydant puissant. Il protège les cellules de l’organisme de l’attaque des radicaux libres, des molécules très réactives impliquées dans l’apparition de certaines maladies liées au vieillissement et à certains cancers.

 

À NOTER :

  • Le lycopène est liposoluble. La tomate a donc besoin d’huile pour libérer son trésor protecteur.

Mon conseil est d’utiliser une huile biologique, vierge, issue d’une première pression à froid, qui est stable à la cuisson. Comme il s’agit ici d’une cuisson douce, l’huile d’olive conviendra très bien et elle mariera à la perfection ses saveurs subtiles, douces et amères à l’acidité de la tomate.

  • Le lycopène est mieux absorbé lorsqu’il subit une légère cuisson. Il est donc conseillé de cuire à feu doux la tomate pour bénéficier de son effet antioxydant.
  • Plus le fruit est mûr et coloré, plus il est riche en caroténoïdes. Sélectionnez donc bien votre primeur, celui qui propose des fruits cueillis à maturité, conditionnés et stockés de manière à préserver leur authenticité. Alignez-vous avec les saisons et ce qu’elles ont de mieux à proposer. Consommez les tomates fraîches l’été.

Idée recette-santé pour bénéficier au mieux du lycopène de la tomate

Ingrédients pour 2 personnes :

 

  • 5 belles tomates fraîches, fondantes et juteuses comme la tomate côtelée par exemple
  • huile d’olive biologique de première pression à froid
  • huile de graines de courge
  • une gousse d’ail
  • une poignée de graines de courges
  • gomasio (mélange de fleur de sel et de graines de sésame blond grillé)
  • un peu de curcuma frais en poudre

Retirez la peau de vos tomates. Découpez-les en morceaux.

Faites-les chauffer à feu très doux avec un filet d’huile d’olive. Il ne s’agit pas de faire cuire, mais simplement de chauffer pour libérer le lycopène de la tomate.

Versez les tomates réduites en sauce dans un mixeur, ajoutez-y votre gousse d’ail pelée au préalable ainsi que le gomasio, les graines et l’huile de courge et le curcuma en poudre.

Mixez, ajoutez un peu de fleur de sel à votre convenance et placez cette préparation dans un petit pot en verre au frigo.

Geste santé : à tartiner tous les matins au petit-déjeuner sur une tartine grillée et sans gluten pour se prémunir d’éventuels problèmes prostatiques.

À RETENIR : la graine de courge a, elle aussi, des effets extrêmement bénéfiques pour la prostate.

 

DANS QUELLES AUTRES SPHÈRES DE L’ORGANISME LES TOMATES SONT-ELLES BÉNÉFIQUES ?

Le lycopène serait également protecteur du poumon et de l’estomac.

Si l’acidité de la tomate crue ne convient pas aux estomacs fragiles, sujets aux ulcères ou aux reflux gastro-œsophagiens, la tomate cuite est encore une fois bien différente et s’avère protectrice contre le cancer.

Le lycopène est aussi un grand allié du système cardio-vasculaire : il protège le cholestérol de l’oxydation et favorise la fluidité du sang. On peut donc dire qu’il abaisse le risque de maladies coronariennes.

Enfin, sa richesse en vitamine C, elle-même très antioxydante, confirme sa place de championne des protectrices contre les radicaux libres et le vieillissement cellulaire.

Elle contribue également à l’absorption et au stockage du fer et du calcium.

 

Pourquoi la tomate a-t-elle longtemps été considérée comme toxique ?

Pendant des siècles et à travers le monde, la tomate est boudée par les consommateurs et n’entre dans les assiettes qu’au XIXe siècle.

C’est parce qu’elle contient des alcaloïdes. Ce sont des substances organiques végétales douées de propriétés physiologiques toxiques ou thérapeutiques importantes. Voici les plus connues des alcaloïdes : la quinine, la nicotine ou encore la morphine.

Les glyco-alcaloïdes présents dans la pomme de terre sont plus toxiques que ceux présents dans le plant de tomate, mais ces deux espèces ont longtemps été perçues comme dangereuses.

Les études modernes ont montré que ces alcaloïdes sont toxiques à haute dose, mais, à faible dose, ils sont bactéricides et aident à combattre l’excès de cholestérol par exemple. Ces substances auraient évolué dans certaines plantes pour les protéger de certaines bactéries, champignons et insectes. Comme souvent, ce n’est pas la plante, mais la dose qui fait le poison.

La peau de la tomate qui n’est pas arrivée à maturité, que l’on surnomme verte (il ne s’agit pas ici de la variété de la tomate verte qui ne deviendra jamais rouge, mais du fruit encore trop jeune) contient un alcaloïde qui s’appelle solanine qui doit être chauffé pour devenir inactif.

IMPORTANT : lorsque vos tomates ne sont pas mûres, prenez grand soin de les consommer cuites.

 

COMMENT RECONNAÎTRE LES TOMATES ANCIENNES ?

Les plants hybrides de tomates mûrissent lentement et se conservent plus longuement grâce à un gène apparu spontanément lors des multiples modifications que l’espèce a connues.

On consomme les tomates fraîches de mai à octobre. Toutes les variétés ne seront pas disponibles sur les étals tout au long de la saison. Comme les stars, elles se font attendre et arrivent les unes après les autres. Consommez-les en fonction de leur période de production.

Et l’hiver : oubliez les fruits et les légumes qui viennent de loin, qui n’ont pas mûri au soleil, qui ont vu le jour sous serre, qui ne portent pas la vie en eux comme le ferait une tomate bien juteuse et nourrissante. Consommez coulis et sauces que vous aurez joyeusement préparés l’été précédent et prenez patience, vos fruits préférés reviendront avec le soleil et la chaleur de la saison prochaine.

 

LES SECRETS BEAUTÉ DE LA TOMATE

 

  • Son apport hydrique

 

Ce n’est pas un hasard si la tomate est une singulière de la saison estivale. Son lycopène active le bronzage et permet à la fois de lutter contre les coups de soleil. Grâce à sa teneur en eau, l’hydratation de la peau est préservée et l’apparition des rides retardée.

Elle est d’ailleurs intéressante pour apporter de l’eau à celles et ceux qui ont du mal à boire et à atteindre un taux d’hydratation suffisant.

 

  • Ses bienfaits sur la peau

 

Ses propriétés purifiantes et bactéricides font de ce fruit-légume un allié efficace pour lutter contre les problèmes inhérents aux peaux grasses. Elle aurait des propriétés sébo-régulatrices et son acidité nettoie les pores en profondeur. Certaines l’utilisent même en application directe sur la peau.

IDÉE : Coupez en deux une tomate au préalable placée au réfrigérateur et profitez de son effet rafraîchissant pendant que ses vertus astringentes font le reste.

Rassurez-vous : il nous reste encore un peu de temps. Le soleil brille toujours et l’été bat son plein. Les vertus de la tomate n’ont pas fini de nous enchanter et nous allons encore pouvoir nous régaler de notre fruit-légume préféré.

Intéressante pour la prostate, savoureuse, active pour lutter contre le cholestérol et protectrice de notre peau ultra-sollicitée en été : notre reine tomate mérite qu’on la regarde, non comme une basique, mais comme une essentielle, pas seulement à nos papilles, mais aussi à notre santé.