Petite, ronde et dotée d’immenses bienfaits, la myrtille, que l’on appelle aussi « bleuet », fait son apparition sur les étals. On lui déroule le tapis rouge : sa saveur est exquise, acidulée, et ses atouts santé sont grands. 

Qu’elle soit cultivée ou ramassée sauvage dans les sous-bois des massifs français, Vaccinium myrtillus, la myrtille, présente des propriétés dignes d’une grande plante médicinale à placer au sommet de la pharmacopée. 

Ses autres petits noms soulignent son caractère délicat, unique. La méconnue et discrète brimbelle est un véritable aliment santé qu’il nous faut redécouvrir et apprendre à consommer, sans modération. 

 

 

Ses propriétés

 

1/ Antiseptique et astringente

Les principes actifs des plantes et des baies tiennent souvent à des molécules que l’on nomme flavonoïdes. Ceux de la myrtille sont entre autres des catéchines, c’est-à-dire des tanins

Au 10e siècle, en Europe, sa feuille et sa baie sont utilisées dans le traitement des diarrhées. On découvre alors sa vertu astringente, qui resserre les tissus vivants. Vous savez, c’est cette sensation en bouche, quand les gencives se resserrent lorsque l’on savoure une tarte à la rhubarbe ou une pomme verte et acidulée. 

À cette époque, la myrtille était majoritairement utilisée en décoction. On la faisait bouillir cinq minutes avant d’écraser les baies et de boire la préparation. Les intestins malades s’en trouvaient immédiatement soulagés. 

Aujourd’hui, on fait encore infuser ses fruits. Nous trouvons ici l’un des meilleurs remèdes des gastroentérites de l’hiver. Le jus de myrtille, pris en alternance avec de l’argile blanche, l’un le matin et l’autre le soir par exemple, calme les poussées inflammatoires à l’origine des épisodes diarrhéiques. Ceux provoqués par la « gastro », mais aussi ceux générés par la si douloureuse recto-colite hémorragique. Elle est incontestablement une grande amie des intestins irrités

Bonne nouvelle pour les petits, quelques gouttes de décoction apaisent aussi les troubles digestifs des nourrissons

 

2/ Améliore la vision crépusculaire

Un autre flavonoïde de la myrtille est son pigment bleu, de la famille des anthocyanines. Il participe à la régénération du pourpre rétinien c’est-à-dire du pigment rouge de la rétine qui engage l’acuité visuelle

Une vieille histoire raconte que les soldats aviateurs de la Seconde Guerre mondiale mangeaient énormément de myrtilles afin de mieux voir la nuit. L’histoire a par la suite été démentie, mais de nombreuses études cherchent aujourd’hui à évaluer le pouvoir de la petite baie sur la vision.

 

3/ Fait baisser le taux de sucre dans le sang

Les feuilles de la myrtille ont une teneur riche en chrome, un oligo-élément reconnu pour avoir des propriétés hypoglycémiantes

Si vous ne saviez plus comment varier votre boisson chaude et réconfortante du soir, ne cherchez plus : une tisane de feuilles de myrtilles diminue considérablement le glucose sanguin. Cette vertu est une des plus précieuses si on considère qu’aujourd’hui la quantité de sucre consommée est de plus en plus importante alors que les capacités du pancréas à fabriquer de l’insuline, elles, n’ont pas changé. 

 

4/ Bénéfique à la santé vasculaire

Si la myrtille est un si grand aliment santé, c’est aussi grâce à sa richesse en polyphénols. Il s’agit de nouveaux flavonoïdes qui favorisent la constriction des vaisseaux sanguins. 

Ces polyphénols sont de puissants antioxydants. On connaît bien ceux qui font la réputation du raisin noir. On sait désormais qu’un verre de vin rouge de qualité biologique – ou encore mieux bio- dynamique – est favorable à la santé par son action antioxydante sur le cœur et ses vaisseaux. La myrtille recèle les mêmes trésors, l’alcool en moins. 

Ainsi, les polyphénols agissent en prévention du stress oxydatif. Nous ne ferons pas de raccourci, mais rappelons tout de même que le cancer et le vieillissement cellulaire sont tous deux des phénomènes qui sont directement liés à ce stress. 

 

5/ Intérêt aussi pour le cerveau

Ses flavonoïdes sont connus aussi pour augmenter le nombre de connexions des neurones. Ils sont donc bénéfiques pour l’apprentissage et la mémoire

La consommation de sucre n’est pas la seule chose qui augmente aujourd’hui. Dans le palmarès des habitudes typiquement françaises, observons la facilité et la rapidité avec laquelle les médicaments sont prescrits et délivrés. Le foie est impacté par le sucre, le cerveau par les médicaments. Apparaissent en tête de liste : somnifères et antidépresseurs. 

Comment, grâce à ce que nous mangeons, pouvons-nous pallier certains effets délétères de la modernité ? La myrtille, notre aliment santé préféré, semble encore offrir une réponse appropriée. 

 

6/ Intérêt nutritionnel

Ses baies sont riches en vitamine B, indispensable au bon fonctionnement du système nerveux. Elles contiennent 10 mg de vitamine C pour 100 g de fruits et on sait à quel point cette vitamine est fondamentale à l’immunité. La quantité record en vitamine P de la myrtille en fait l’aliment santé numéro 1 du système cardio-vasculaire. 

On remarque aussi sa richesse en minéraux et oligo-éléments comme le potassium, le phosphore, le magnésium et le manganèse. 

C’est un fruit modérément sucré : les baies contiennent 15 g de sucre pour 100 g de fruit. Il faut savoir que pour la même quantité, la myrtille sauvage ne contient que 6 g de sucre. La nature fait merveilleusement les choses et prend soin de nous, en particulier quand nous avons la sagesse de ne pas transformer ce qu’elle nous offre. 

 

 

Myrtille pratique

La myrtille est fantastique sur tous les plans : elle est ultra-facile à intégrer à vos préparations. Qu’il s’agisse d’une tarte à la myrtille pour le dessert ou d’un smoothie pour le goûter, l’utilisation de la myrtille est à la portée de tous. Je vous livre ma recette préférée. 

Smoothie banane/lait d’avoine/myrtille Sa couleur chaude et réconfortante sublime son côté nourrissant. Une banane, une poignée de myrtilles, un verre de lait d’avoine (que je préfère personnellement au lait d’amande, car sa saveur est moins prononcée et sa texture plus épaisse) et hop, au blender et miam le smoothie ! 

Facile et économique, ce goûter est appréciable toute l’année. L’hiver, j’y ajoute quelques amandes, trempées au préalable. L’été, des fraises et quelques gouttes de jus de citron souligneront sa fraîcheur acidulée. 

Ainsi donc, la myrtille semble avoir de nombreux effets positifs sur la santé. Ses baies et ses feuilles sont utiles à la digestion, à la vision, au cerveau, mais aussi aux vaisseaux et au cœur. Son caractère peu sucré s’ajoute à ses atouts santé. Qui plus est, elle est délicieuse. 

De la famille des baies et des fruits rouges, réputés pour être les meilleurs des fruits, la myrtille sait se montrer indispensable. Très souvent présente dans les assiettes des végétariens, elle peut aussi accompagner les viandes. Les chasseurs-cueilleurs l’associaient d’ailleurs naturellement au gibier, car les polyphénols de ses baies facilitent la digestion et l’assimilation des protéines. Encore une fois, la nature est bien faite et elle offre ce qui est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. 

De nos jours, nous la consommons beaucoup fraîche ou en confiture et bonne nouvelle : cette transformation préserve une grande partie de ses propriétés. 

Enfin, notre myrtille, étant donnée sa résistance à la congélation, peut être consommée toute l’année.