COMMENT BIEN MANGER ? VOICI LES SECRETS D’UNE NATUROPATHE

Est-ce vraiment bon de manger cru ? La spiruline, les graines de chia et les baies d’açai c’est quoi au juste ? Quel est la différence entre un végétarien et un végane ? Voici les réponses et bien plus encore…

Depuis le 1er Janvier Mathilde, Naturopathe à Clairière & Canopée, s’est amusée à réunir les principes de la naturopathie sous forme de secrets afin de les rendre accessibles à tous.

Vous êtes nombreux à suivre les #365secrets d’une #naturopathe pour #vivremieux by #clairiereetcanopee sur Facebook, Instagram et twitter.

Février était consacré à une alimentation plus saine, voici les 28 secrets.

Avant de vous les livrer nous vous invitons à vous inscrire sur notre newsletter, une surprise vous y attend dans quelques jours !

 

  1. Les graines germées sont nos amies

Elles sont hyper-nutritives et faciles à digérer, et en plus, elles sont belles. Disposées sur un houmous de pois chiche ou sur une soupe de légumes d’automne, elles feront de vos préparations un mets savoureux et original.

  1. L’importance des protéines

Les protéines que nous mangeons ont une action sur notre immunité et notre structure musculaire. Manger chaque jour des protéines de qualité est capital, surtout en vieillissant. Pensez aux protéines végétales car les protéines animales engendrent des putréfactions qui compliquent le travail du côlon.

  1. Ode aux Omega 3

Ce sont les petits poissons les plus riches en oméga 3, et surtout, les moins intoxiqués aux métaux lourds. Savourez et remerciez harengs, maquereaux et autres sardines quand vous les dégustez. Les oméga 3 nourrissent les cellules de notre cerveau, protègent le coeur et ont une action anti-inflammatoire prouvée.

  1. Hello Céto

Un régime cétogène, c’est-à-dire pauvre en glucides, riche en lipides et contenant des protéines, préserve de certaines maladies comme Alzheimer ou Parkinson. Privé de sucre, l’organisme utilise alors ses graisses et fabrique des corps cétoniques très bénéfiques pour le cerveau.

  1. Faire du sucre une exception

Réservez tarte au citron meringuée, moelleux au deux chocolats et autres gourmandises pour des moments exceptionnels. La cellule cancéreuse est une grande consommatrice de sucre. Limiter le plus possible sa consommation est un acte de prévention.

  1. Recette smoothie saine et nourrissante

Dans un mixeur, versez votre lait végétal préféré (amande, riz, avoine ou noisette), découpez et déposez une banane biologique bien mûre, une cuillère à café de curcuma en poudre, une autre de cacao cru, et enfin une troisième de purée d’amande complète pour les (très) gourmand(e)s. Miam.

  1. Des graines pour votre cerveau

Grâce à leur sélénium, les noix, noisettes et autres amandes (que l’on appelle les oléagineux) sont extrêmement bénéfiques pour le cerveau. En bonus, cet oligo-élément détoxifie les métaux lourds et régule les hormones thyroïdiennes, parfois bien mises à mal par les fameux perturbateurs endocriniens.

  1. La méditation du chocolat … noir

Riche en polyphénols (antioxydants puissants), comme l’est aussi le thé vert, le chocolat noir protège, notamment grâce à son acide oléique, de la formation de plaque d’athérome. Limitez-vous à 20 grammes par jour. Prenez un carré, sentez-le, délectez-vous déjà avant de le dégustez et savourez délicatement.

  1. Chouette, une choucroute

La lacto-fermentation qui transforme le chou cru dans la choucroute le rend digeste et offre à notre microbiote (la flore intestinale) les symbiotiques (prébiotiques et probiotiques réunis) nécessaires à son équilibre.

  1. Lentille versus viande

Riche en protéines, la lentille pourrait, dans bien des endroits du globe, remplacer la consommation de viande, écologiquement désastreuse. Riche en fer, et en acide folique (vitamine B9), elle a une action sur le cholestérol et fait baisser la glycémie.

  1. Secret de nos jardins

Une tisane de romarin le matin renforce le foie, donne de l’énergie, et peut aider les accros au café à adopter une autre boisson, moins acidifiante mais toute aussi tonifiante.

  1. Aïe, aïl, Ail

Reconnu comme étant un alicament (un aliment-médicament), l’ail présente bien des vertus, notamment anti-infectieuses et protectrices. Il prévient les pathologies cardio-vasculaires. Consommez-le cru, pressé et n’ayez plus peur des vampires.

  1. Les bienfaits du curcuma

Le curcuma est une poudre sinon magique, ultra-bénéfique. Ses curcuminoïdes ont une action anti-inflammatoire remarquable et détoxifiante pour le foie. Saupoudrez-le tout les jours sur vos crudités, ajoutez-y un peu d’huile d’olive et de poivre pour le rendre assimilable et rangez vos antalgiques.

  1. Candide au pays de la coco

L’huile de coco, riche en acide caprylique, acide gras saturé également présent dans le lait maternel, est reconnu pour ses propriétes préventives contre le développement du candida albicans, responsable de l’apparition de la fameuse candidose qui cause entre autres fatigue, désordres digestifs et problèmes de peau.

  1. Houra les chia

Les graines de chia (prononcez kia) sont extrêmement riches en oméga 3 végétaux ainsi qu’en mucilages, une substance végétale qui gonfle au contact de l’eau. Elles deviennent ainsi un élément clé pour réaliser un porridge facile et savoureux ainsi qu’un activateur naturel du transit.

  1. Voilà, c’est dit

Un végétarien ne mange plus de chaire animale (viande ou poisson), un végétalien ne mange plus de sous-produits animaux (oeuf ou fromage), un vegan est un végétalien qui exclut tout produit provenant d’animaux (cuir et miel par exemple ) et enfin le mode alimentaire du nouveau groupe des flexitariens se rapproche du végétarisme mais en conservant une flexibilité qui autorise l’écart, s’il est fait en conscience (je mange de la viande … mais pas trop … et pas n’importe laquelle)

  1. Jolie spiruline

La spiruline, une cyanobactérie (non, non, ce n’est pas un excès de zèle mais une précision pour ceux et celles qui pensent que c’est une algue), d’une tendre couleur bleu-vert, renforce les défenses immunitaires et, avis aux sportifs, facilite la récupération après un effort intense. En paillettes, elle est parfaite sur un smoothie ou une salade.

  1. La tarte aux fleurs

Somptueuses sur une tartelette ou une bonne soupe, les fleurs offrent leur beauté et leur goût incomparable et puissant à nos préparations maison. Pensez aux soucis (aussi appelés calendula), aux bleuets, aux fleurs de courgettes, d’acacia, de capucine ou de rose, et mettez-en plein les mirettes à vos convives .

  1. Au diable les fructanes

La gliadine, protéine problématique présente dans le gluten du blé, ne serait, d’après les dernières études scientifiques, pas la seule responsable des désordres intestinaux liés au blé. Les fructanes, des glucides présents dans le blé, mais aussi dans les poireaux et les oignons, portent eux aussi maintenant l’étiquette du coupable.

  1. Baies d’açai

Petite, ronde et bleue nuit étoilée, cette précieuse baie est au devant de la scène aujourd’hui. Riche en vitamine C et en antioxydants, et surtout incroyablement exotique (elle est cultivée au Brésil), elle est nutritivement intéressante mais l’est-elle plus que ses consoeurs myrtille et groseille, qui elles viennent de nos jardins ?

  1. Psyllium

Ce tégument de plantain blond (enveloppe de la graine) contient beaucoup de mucilages qui gonflent au contact de l’eau et en font un allié des transits paresseux et épaissit joyeusement vos soupes ou vos gratins.

  1. Le trésor des abeilles

Magnifiques et immuno-stimulants, ces grains vifs et bariolés de pollen frais (rayon congélation des magasins biologiques) décoreront parfaitement vos petites entrées de crudités. Saupoudrez-le avec parcimonie car son goût est prononcé et remercier les puissants produits de la ruche, aujourd’hui si malheureusement contrariée.

  1. Chiche, une mousse-choco-pois chiche

Pour concocter votre mousse préférée, remplacez les blancs en neige par le jus de vos pois chiche en conserve et accueillez pleinement la saveur puissante du chocolat qui, dans cette recette, révèle toute sa force.

  1. Manger cru, oui mais …

Les gens frileux ou qui ont des intestins fragiles, doivent faire attention à la tentation crudivore qui n’est pas une panacée, ne convient pas à tous, ni en toute saison. Certes, les enzymes présentes dans les aliments crus sont extraordinaires, mais peut-être est-il plus raisonnable de commencer par renforcer son intestin ?

  1. Les deux fruits rois : papaye et ananas

Voilà les deux seuls fruits que vous pouvez manger sereinement après le repas. Ils ne feront pas fermenter le reste de votre bol alimentaire et ne vous donneront ni ballonnements ni gaz gênants. Au contraire, la papaïne et la brolelaïne apportent tellement d’enzymes protéolytiques que votre digestion, notamment des protéines, sera rapide et facilitée.

  1. Promenons-nous dans les bois

Riches en potassium, en vitamines du groupe B et en caroténoides qui protègent de l’oxydation cellulaire par les radicaux libres, les champignons apportent une saveur sauvage et chic à vos préparations hivernales. Le shiitaké et le reishi ont, en prime, une action modulatrice de l’immunité.

  1. Houmous de petits pois ou de betterave

Histoire de remplacer les pois chiche, ces légumineuses nutritivement intéressantes mais parfois bouleversantes pour les intestins fragiles, pensez aux houmous de betterave ou de petits pois. Réhaussés de menthe fraîche ou de gingembre, ils seront des en-cas parfaits à transporter facilement dans des petits pots.

  1. Un nouveau regard sur les algues

Exceptionnellement riches en minéraux, notamment en iode, leurs protéines, leur teneur en vitamines du groupe B et en antioxydants, font de ces trésors de la mer les meilleurs alliés des thyroïdes fatiguées et des projets de bébés.

 

Rendez-vous à partir du 1er mars sur Facebook, Instagram et twitter pour traiter le sujet des intestins ! Le récap sera en fin de mois sur le blog.

 

Bon mois de mars à tous !

 

Mathilde MARECAILLE, Naturopathe

2018-03-01T09:30:17+00:00 février 28th, 2018|