Forêt et santé : 7 bonnes raisons de marcher en forêt !

Les arbres et la forêt nous réservent des surprises de plus en plus valorisées. Parmi elles, de nombreux bienfaits pour notre santé. Nous vous détaillons nos sept raisons préférées de marcher en forêt…

 

1. La forêt purifie l’air

  • Un bol d’oxygène

Pour produire leur énergie, les végétaux utilisent la photosynthèse. Contrairement à la respiration, lors de ce processus ils ingèrent du gaz carbonique (CO2) et libèrent de l’oxygène (O2). Notez que les végétaux respirent aussi, surtout la nuit, mais en bien moindres proportions (c’est pour cela qu’il ne faut pas avoir trop de plantes dans une chambre). Ainsi une promenade en forêt nous apporte un grand bol d’oxygène mais pas seulement…

  • Moins de métaux lourd et de radioactivité

Les réseaux de champignons contenus dans le sol (mycéliums) sont des grand dépollueurs, ils absorbent quantité de métaux lourds et de radioactivité. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de ne pas abuser des champignons.

  • Moins de particules fines

La forêt filtre les particules fines. En effet, des chercheurs de l’université de Southampton se sont aperçus que les arbres de la zone grand Londres absorbent entre 850 et 2000 tonnes de particules fines chaque année.

  • Moins de microbes 

Des études ont montré que le taux de microbes diminue drastiquement en forêt où il est par exemple 10 000 fois moins élevé que sur les grands boulevards de Paris !

 

2. Une vraie cure d’aromathérapie

Certains arbres comme le pin, très présent dans la forêt de Fontainebleau et des Landes, sont de véritables diffuseurs d’huiles essentielles.

En effet, dans l’essence de pin sont présents de l’alphapinène et de la liomène, deux molécules aux nombreux bienfaits pour la santé :

  • Décongestionnant et expectorant : en agissant sur les glandes à mucine ces molécules diminuent la production de mucus (en d’autres termes, la morve) et désencombrent ainsi les sinus.
  • Tonifiant général et en particulier des parois veineuses et améliore ainsi la circulation sanguine et lymphatique, diminue également l’inflammation des poumons et des voies respiratoires.
  • Anti-infectieux, antiseptique et antalgique : idéal en cas de rhume, sinusite chronique, etc.
  • Antistress grâce à son effet sur les glandes surrénales responsables de la libération du cortisol, considéré comme « l’hormone du stress ».

 

3. Le pouvoir des arbres et de la forêt

La forêt est notre environnement naturel historique et il serait possible que d’y passer du temps réactive de très anciennes mémoires et nous fasse du bien.

C’est en effet ce que soutiennent des chercheurs japonais qui ont démontré que des marches en forêt régulières comparées à des marches en villes équivalentes permettent une diminution du taux de cortisol (« hormone du stress ») et une augmentation du taux de sérotonine (« hormone du bonheur »).

Roger Ulrich de l’université A&M démontre également que les patients hospitalisés avec une vue sur la forêt guérissent plus vite que les patients privés de ce privilège.

 

4. Un trésor enfoui dans la terre

Toucher la terre, la remuer avec ses mains, la sentir aurait des effets positif sur notre humeur.

En effet, une bactérie magique s’y cache : le Mycobactérium Caccaé.

Cette petite bactérie aurait comme propriété de booster le clonage cellulaire naturel et d’augmenter la sécrétion de sérotonine (déjà présentée plus haut) et de noradrénaline, hormone participant au bon équilibre mental grâce à son rôle de neuromédiateur.

 

5. La sylvothérapie

Cette pratique de plus en plus populaire et souvent connotée « hippie » nous apporte du mieux-être grâce à l’énergie de nos chers amis les arbres.

Avez-vous déjà essayé d’embrasser un arbre, le fameux « hug a tree » ?

Oui au début on se trouve un peu bête, on regarde autour de soi que personne ne nous observe, puis on essaie. Dans ce cas jouez le jeu à fond, laissez votre mental de côté, respirez profondément avec votre abdomen et ressentez…

Suivant les personnes, suivant les arbres aussi, les ressentis sont différents. Certains ne ressentent rien, aucun problème, il n’y a aucune attente de la part de personne. D’autres ressentent parfois un apaisement, parfois une montée d’énergie, parfois les deux ensemble. Ensuite on essaie un autre arbre, une autre essence, et on essaie de noter les différences.

La pratique peut se faire n’importe où, n’importe quand et comme souvent c’est la régularité qui paie.

 

6. Les bienfaits de la marche

Je me souviens de mon père qui me disait toujours « un jour de marche, c’est une semaine de santé ».

De nombreux bienfaits sur la santé sont en effet avérés : régule la tension, améliore le diabète de type 2, réduit les risques de maladie cardio-vasculaire et de certains cancers, permet un travail global sur les chaînes articulaires – musculaires, offre une oxygénation de nos cellules et brûle les lipides : 250 à 400kcal/h).

La marche permet de libérer les idées, de réduire considérablement le stress et améliore les états dépressifs. Marcher dans un bel environnement naturel fait tout simplement du bien aux yeux et au coeur.

Lors d’une détox nous sommes souvent en hypoglycémie. Le fait de marcher nécessite de l’énergie et déclenche ainsi la néoglucogénèse : la filière bis de production d’énergie recherchée lors d’une détox.

Au lieu de vous fatiguer, la marche vous donne de l’énergie. Alors pourquoi ne pas la pratiquer, et d’autant plus en forêt.

 

7. Tout est interdépendant : éveil à la systémique

La forêt, quel merveilleux exemple de systémique et quelle merveilleuse éducation à l’écologie… L’écologie de la forêt, la nôtre, de toute manière il s’agit de la même puisque tout est interdépendant.

Nous vous invitons à observer la forêt, à y jouer, à guetter les animaux et à la comprendre. Vous observerez que tout est interdépendant et dans un équilibre parfait.

Un bel exemple de systémique est celui de la chaîne alimentaire : une plante va être mangée par une mésange, qui elle-même va être mangée par un épervier, qui va lui-même mourir et être mangé par les charognards et les insectes dit « décomposeurs », le tout va enfin revenir à la terre pour nourrir les végétaux. La boucle est bouclée et le système est en équilibre, chaque élément est interdépendant. Plus une forêt est variée, riche en biodiversité, plus on considère qu’elle est résiliante, c’est-à-dire qu’elle pourra limiter l’impact de la disparition d’une espèce, de l’arrivée d’une maladie, d’un nouveau prédateur. C’est pourquoi il est si important de protéger la biodiversité et de soutenir la petite agriculture biologique.

Se promener en forêt nous apprend combien la nature est généreuse mais aussi complexe et fragile. Cette compréhension et l’amour pour cette systémique nous amènent à nous comprendre et nous aimer nous-mêmes, à comprendre que l’on est aucunement dissocié de la nature et ainsi à l’aimer comme nous nous aimons.

Sur ce, nous vous souhaitons de belles marches en forêt, pleines d’amour et de jeux.

 

2018-02-15T22:15:51+00:00 février 15th, 2018|